Gestion des déchets : le plastique

Après la gestion du papier et du carton vient le cas épineux du plastique. Pour ce matériau également, il n’existe pas de filière de recyclage organisée en Pridnestrovie. J’ai entendu dire que le gouvernement réfléchissais à un programme de tri et de revalorisation des déchets, mais il n’est pas encore en place. En attendant, c’est à nous de nous débrouiller !

Recycler ?

Difficile. Comme pour le papier, seule une ou deux usines dans le pays sont intéressées par le plastique à recycler. Mais pas n’importe lequel, uniquement certains types de plastiques. Ils achètent du plastique propre, compressé, ce qui ne convient pas à nos petites poubelles.

Réutiliser ?

Il est en effet possible de réutiliser le plastique. Quand j’étais en Géorgie, on trouvait sur le marché de Tbilisi de nombreuses bouteilles de Coca Cola et autres sodas remplies de… miel ! En effet, les petits producteurs utilisaient ces contenants de récupération pour vendre leur miel au litre. Avantage : pas cher, léger, ne casse pas comme du verre… Ils y mettaient également du vin, de l’huile, ou tout autre liquide de leur production. En Pridnestrovie et en Moldova, les bouteilles en plastique de récupérations sont également très utilisées pour stocker le vin que beaucoup produisent à la maison.

On m’a également parlé de la possibilité de fondre certains plastiques pour en faire d’autres objets. Cela serait assez facile et pas trop nocif (au niveau des émanations dans l’air).

Cela pourrait-il donc être une solution ?

Pour ma part, je n’aime pas trop cette idée. Déjà parce qu’une bouteille en plastique ne durera pas éternellement, ça repousse donc seulement le problème dans le temps. Là où une bouteille en verre peut se réutiliser à l’infini (ou presque), le plastique de nos bouteilles de soda va (mal) vieillir, changer peu à peu de couleur, craqueler… et après ?

Ensuite, parce que le danger vient des microplastiques, ces petites particules de plastique qui se détachent des objets en plastique et se répandent dans l’environnement… et dans notre nourriture !

La solution ? Éliminer le plastique !

Certes, éliminer complètement le plastique est illusoire. Il en restera toujours, ici ou là, et on ne pourra rien y faire (en tous cas pas à notre échelle). Mais il est toujours possible de réduire au maximum son utilisation au quotidien.

Voici donc quelques pistes que je souhaite mettre en place pour éliminer un maximum de plastique à la Maison du Lac :

  • mettre à disposition de tous de l’eau filtrée, afin que chacun puisse remplir sa bouteille d’eau réutilisable (on appelait ça des gourdes, dans ma jeunesse…), ou son verre.
  • les jus de fruits, kompot, et autres boissons fraiches seront produites (ou achetées, selon le cas) dans des contenants en verre.
  • de la vaisselle en porcelaine et en verre sera mise à disposition des visiteurs pour éviter les couverts, assiettes et gobelets jetables (y compris pour les pique-niques).
  • une partie importante de la nourriture servie provenant de notre jardin, cela réduira bien évidemment l’achat de produits industriels emballés dans du plastique. Pour le reste, nous irons faire le marché avec nos sacs, bocaux et boîtes réutilisables pour éviter le recours aux sacs plastiques (très abondants dans le pays !).
  • une bonne gestion des déchets devrait réduire le volume de poubelles destinées à la déchetterie, et donc les sacs poubelle !
  • les produits d’entretien seront produits au maximum sur place, à partir d’ingrédients naturels et locaux (vinaigre blanc, bicarbonate de soude, savon de Marseille, citron, argile…), afin d’éviter les emballages plastiques et les rejets de produits chimiques.
  • de même, on privilégiera le savon en barres, sans emballage, aux gels douches et autres savons liquides en container plastiques. D’ailleurs, nous essaierons également de produire nos cosmétiques naturels.
  • les textiles en matière naturelle seront privilégiés (draps et serviettes en 100% coton par exemple).
  • les équipements de la maison seront choisis de préférence dans des matériaux naturels ou neutres : bois, verre, métal, béton, bamboo, céramique…

De cette manière, les rejets de déchets plastiques de la Maison du Lac et de ses visiteurs seront limités au strict nécessaire, et la propriété et ses alentours n’en seront que moins pollués. Tout cela, au bénéfice de la planète et de notre santé. Gagnant – gagnant !

Des idées ?

Si vous avez des suggestions pour la réduction du plastique dans notre quotidien, n’hésitez pas à m’en faire part, par email ou dans les commentaires ci-dessous. Cela nous aiderait beaucoup à atteindre nos objectifs. Merci !

Publié le
Catégorisé comme blog

Par Guillaume

Guillaume est le créateur de la Maison du Lac.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.